Justice

La Loi a introduit le stage de sensibilisation à la sécurité routière au titre des mesures alternatives aux poursuites et des peines complémentaires susceptibles d’être ordonnées dans le cadre d’une ordonnance pénale ou d’une condamnation prononcée par un tribunal correctionnel.

L’ADESR-Manche lance en partenariat avec les autorités judiciaires un stage de sensibilisation à la sécurité routière et aux addictions.

Les différents partenaires ont signé à Coutances la convention portant sur la création d'un stage de sensibilisation à la sécurité routière et aux addictions. De gauche à droite : Jacques Lecoq, président de l'ADESR-Manche ; Renaud Gaudeul, procureur de la République ; Véronique Veillard, présidente du tribunal de grande instance et Jessica Leclerc, directrice de la maison de la justice et du droit de Saint-Lô.

Les différents partenaires ont signé à Coutances la convention portant sur la création d’un stage de sensibilisation à la sécurité routière et aux addictions. De gauche à droite : Jacques Lecoq, président de l’ADESR-Manche ; Renaud Gaudeul, procureur de la République ; Véronique Veillard, présidente du tribunal de grande instance et Jessica Leclerc, directrice de la maison de la justice et du droit de Saint-Lô.

Les contrevenants pourront se voir proposer un stage d’une journée comme une alternative ou un aménagement aux poursuites.

Ce stage mis en oeuvre par l’ADESR a pour objectif d’informer et d’éduquer les auteurs d’infractions liées à l’alcool ou aux stupéfiants, de leur faire prendre conscience de la dangerosité de leur comportement et des conséquences potentielles de leur acte dans le but de prévenir la récidive.

Il comprend :
– une partie théorique dispensée par des psychologues, abordant les questions de santé, de sécurité et conséquences d’un drame routier;
– une partie pratique de conduite sur piste avec des équipements simulant les effets de l’alcool et des stupéfiants au volant.