Les thématiques

En 40 ans, l’amélioration de l’infrastructure, des véhicules mais également l’évolution de la réglementation et l’augmentation des contrôles routiers ont eu un effet sensible sur le nombre d’accidents, de tués et de blessés.

La règle est de rester vigilant pour faire baisser les fautes comportementales.

desincarcenerention

DDaguierCD50

Le bilan établi par l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) constate que 3461 personnes sont mortes sur les routes de France en 2015, c’est 2,3% (80 personnes) de plus qu’en 2014.

Selon ces chiffres, en 2015, le nombre de personnes hospitalisées à la suite d’un accident de la route est resté stable, avec 26 595 hospitalisations. Les accidents corporels ont quant à eux baissé (56 603 recensés en France), tout comme le nombre de personnes blessées (70 802 victimes). Entre 2014 et 2015, le nombre de conducteurs décédés sur les routes a augmenté de 8%: c’est 133 personnes tuées en plus.
Un tiers des Français déclare avoir, lui ou l’un de ses proches, été victime d’une grave accident de la route.

Les jeunes, tout comme les seniors ont été particulièrement touchés par la mortalité routière l’année passée. On compte 37 tués en plus chez les 18-24 ans et 60 décès chez les plus de 65 ans.

Les autoroutes ont été la cible de davantage d’accidents mortels, avec une augmentation de 23,1% des décès sur ces voies rapides, entre 2014 et 2015. Les infractions au code de la route sont souvent à l’origine des drames de la route. Depuis 2014, la vitesse des conducteurs sur autoroute a augmenté en moyenne de 4 km/h, tandis qu’elle est en hausse de 2 km/h en moyenne sur les voies limitées à 110 km/h.

Autre délit en cause dans ces accidents : la consommation d’alcool. Un tiers des accidents mortels de 2015 est dû à une consommation excessive d’alcool. C’est deux points de plus qu’en 2014 (28,3% contre 30,5% en 2015). La prise de stupéfiants a elle aussi été constatée comme cause de ces accidents. En 2015, elle était constatée chez au moins un des conducteurs impliqués, dans 22,8% des accidents mortels. Il est également regrettable que le port de la ceinture ne soit devenu un réflexe en baisse.

PART DES FACTEURS HUMAINS DANS LES ACCIDENTS MORTELS

Usager alcoolisé : 30% en France – 36% dans la Manche
Vitesse inadaptée : 26% en France – 25% dans la Manche
Dépassement dangereux  : 15% en France – 6% dans la Manche
Refus de priorité : 15% en France – 22% dans la Manche
Stupéfiants : 13% en France – 7% dans la Manche

L’ADESR-Manche a conçu des programmes adaptés aux causes principales de l’accidentologie dans le département de la Manche dans lesquels elle développe les thématiques suivantes :
– Conduite addictive (alcool, stupéfiants, médicaments) ;
– État de santé (Hypovigilance et fatigue, Vue, Voir et être vu, Vitesse et vision)
– Vitesse (Distance d’arrêt, temps de réaction, distance de freinage, distances de sécurité)
– Code de la route
– Véhicule particulier (les différentes sécurités, le téléphone mobile)

– l’éco-conduite