LES DIFFÉRENTES SECURITES

SÉCURITÉ PRIMAIRE OU ACTIVE

La recherche en sécurité primaire a pour objectif essentiel la prévention de l’accident. Elle vise donc à analyser l’ensemble des causes techniques et comportementales qui ont amené à l’accident routier, afin de lutter contre celles-ci.
La sécurité primaire s’appuie donc sur les trois types de recherches :
– la recherche sur le véhicule : équiper le véhicule de tous les instruments nécessaires pour éviter le choc (limitation de la vitesse, feux, freinage, aide à la conduite) ;
– la recherche sur l’individu : améliorer le comportement du conducteur ;
– la recherche sur l’infrastructure : réduire les endroits les plus dangereux ou à prendre appui sur l’infrastructure pour aider à une conduite sûre (marquage au sol, signalisation).

ABS (ANTI-BLOCKING-SYSTEM)

vehicule_abs

Système d’assistance au freinage qui permet d’éviter le blocage des roues lors de freinages brutaux et intenses.
Ce système a été développé pour apporter une aide au freinage en garantissant un meilleur équilibre du véhicule.
Lors d’un freinage brutal, les roues avec le système de frein à tambour se bloquent. Le conducteur a alors du mal à conserver la maîtrise de son véhicule particulièrement lorsque l’adhérence de la route est faible (chaussée mouillée ou enneigée).
L’ABS évite ce blocage des roues. Il est composé d’un capteur de vitesse pour chaque roue. Lorsque le capteur enregistre une vitesse nulle, le système débloque légèrement la roue. Il s’en suit une succession de blocages et déblocages dont le bruit est caractéristique.
L’ABS est obligatoire sur toutes les voitures depuis 2004. Il est devenu obligatoire pour les deux et trois roues motorisés neufs depuis le 1er janvier 2016.

Près de 20% des acheteurs d’une voiture de tourisme ne savent pas qu’elle est équipée d’ABS. Plus inquiétant encore, plus de 20% ne savent pas l’utiliser.

En cas de freinage brusque, ces conducteurs ont tendance à appuyer sur la pédale de frein, puis à la relâcher et ainsi de suite (on dit « pomper » la pédale de frein), ce qui annule le bénéfice de l’ABS et accroît fortement la distance de freinage. Ces conducteurs le font d’autant plus qu’ils s’inquiètent du bruit fait par l’ABS.
Pour que l’ABS soit efficace, il faut « écraser » la pédale de frein, ce qui permet de conserver la trajectoire du véhicule.

Contrairement aux idées reçues, l’ABS ne réduit en aucun cas la distance de freinage !
Le freinage d’urgence est une pratique qui n’est pratiquement pas assimilée par la plupart des conducteurs car n’est ni enseignée dans les écoles de conduite française ni expliquée à l’occasion de campagnes d’information. L’ADESR-Manche vous propose donc d’acquérir les bons réflexes.

ESP (ELECTRONIC STABILITY PROGRAM)

vehicule_eps

L’électrostabilisateur programmé est un système électronique en série sur les véhicules neufs depuis le 01/11/2014 qui agit sur les freins et le moteur de manière à corriger les pertes d’adhérence, les dérapages ou un manque de stabilité. Il sert à remettre la voiture dans une bonne trajectoire.

SÉCURITÉ SECONDAIRE

La recherche en sécurité secondaire n’a pas pour objectif d’éviter l’accident mais d’en réduire les conséquences. Elle se concentre avant tout sur :
– l’amélioration de la sécurité des véhicules : il s’agit essentiellement de rendre l’habitacle moins agressif pour les passagers accidentés, voire d’en faire une protection pour ceux-ci. Il s’agit également de renouveler ou d’inventer les accessoires permettant de réduire les effets du choc (airbags, ceintures, détendeurs etc).
– la sécurisation de l’infrastructure en tentant de rendre la sortie de route moins grave dans ses conséquences. Il s’agit par exemple de la politique menée à l’égard des arbres en bordure de route ou des glissières de sécurité pour les motocyclistes.

CEINTURE DE SECURITE

La ceinture de sécurité est un dispositif de sécurité permettant de limiter les mouvements incontrôlables des passagers d’un véhicule, lors d’un choc. Ainsi, les occupants d’un véhicule en mouvement décélérant brutalement lors d’un choc, ne sont pas projetés contre des obstacles, par leur inertie.
Evolution de la réglementation
1979 : obligation généralisée du port de la ceinture de sécurité aux places avant des véhicules.
1989 : obligation du port de la ceinture de sécurité dans les véhicules utilitaires de moins de 3T500
1990 : obligation du port de la ceinture de sécurité aux places arrières des véhicules qui en sont équipées
1992 : obligation de transporter les enfants de moins de 10 ans dans des dispositifs homologués
2003 : Perte de trois points sur le permis de conduite pour le conducteur ne portant pas sa ceinture de sécurité

COUSSIN GONFLABLE (AIR BAG)

Le coussin gonflable ou Airbag, n’est pas une protection supplémentaire mais un complément de la ceinture de sécurité dont il améliore l’efficacité d’environ 20%.
Programmé pour se gonfler en quelques millisecondes, il se dégonfle rapidement pour assurer son rôle d’amortissement du conducteur ou du passager du véhicule.
Actuellement les airbags sont implantés aux places arrières et dans certains véhicules, ils protègent également des chocs latéraux.

LES AIDES A LA CONDUITE

Grâce aux nouvelles technologies et aux progrès techniques réalisés par les constructeurs automobiles et les équipementiers, il est désormais possible d’introduire dans les véhicules des systèmes qui peuvent aider le conducteur à respecter les vitesses limites :
– le régulateur de vitesse permet au conducteur de choisir une vitesse de croisière que la voiture va maintenir constante, et ainsi rouler sans toucher à l’accélérateur. En cas de besoin, il peutégalement accélérer, la voiture retrouvant automatiquement sa vitesse de croisière au lâché de pied. En cas d’appui sur la pédale de frein ou d’embrayage, le système est automatiquement désactivé.
– le limiteur de vitesse permet au conducteur de choisir lui-même la vitesse maximale qu’il ne souhaite pas dépasser.
En utilisant les mêmes boutons de réglage de la consigne que ceux du régulateur, il peut diminuer ou augmenter cette limite de vitesse. Si le conducteur tente d’aller au-delà de la vitesse qu’il a programmée, la pédale d’accélérateur devient inactive. Cependant, en cas de nécessité, un appui fort permet d’outrepasser un point dur et de franchir la limite de vitesse fixée. La fonction limiteur est automatiquement réactivée après toute décélération ou freinage ramenant le véhicule sous la limite initialement choisie.
– l’alerte de survitesse est un dispositif destiné à déclencher un avertisseur sonore et visuel sur l’afficheur central, lorsque le véhicule dépasse la vitesse de consigne programmée par le conducteur. Le système est actionné volontairement et peut être déconnecté à tout moment manuellement par action sur la commande.
– le LAVIA (limitateur s’adaptant à la vitesse autorisée) prend en compte la position du véhicule grâce au GPS et aux capteurs du véhicule. Recherche dans une base de données les vitesses limites autorisées et ajuste la vitesse maximale du véhicule à la vitesse réglementaire.

SÉCURITÉ TERTIAIRE

La recherche en sécurité tertiaire a pour objet d’analyser les accidents. Elle s’appuie sur les grandes données de l’accidentologie fournies par les bulletins d’analyses d’accidents corporels (BAAC) mais aussi sur des études plus spécifiques comme les études détaillées d’accidents (EDA) qui recueillent des informations sur les circonstances des accidents, mais aussi leurs conséquences, notamment en termes de lésions.
LE TELEPHONE MOBILE

L’usage d’un téléphone tenu en main en conduisant est interdit.
Il est également interdit depuis le 01/07/2015, le port des oreillettes permettant de téléphoner ou d’écouter de la musique.
Conduire avec un téléphone à la main ou en portant à l’oreille un dispositif audio de type écouteurs, oreillette ou casque est passible :
– d’une amende forfaitaire de 135 € ;
– d’un retrait de 3 points du permis de conduire